Le Parti animaliste porte l’interdiction de la chasse à courre devant le Sénat


04 octobre 2022 - 1333 vues

 

 

 

 

En France, la chasse à courre, ou vènerie, concerne une infime minorité de chasseurs : on recense seulement 10 000 pratiquants dans 70 départements.
Cette pratique est d’ailleurs déjà interdite dans de nombreux pays européens (c’est même le cas depuis 70 ans en Allemagne), transformant de fait la France en terrain de jeu pour les équipages étrangers.

En outre, 77 % des Français (dont 71 % sont des ruraux, selon un sondage Ifop de 2022) réclament l'interdiction totale et définitive de la chasse à courre.

Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, précise : « C’est un loisir aujourd'hui dépassé, inutile et cruel, qui va à l'encontre de la reconnaissance scientifique des animaux comme êtres sensibles, précise Par cette pétition nous entendons demander au Sénat de respecter la volonté d’une très large majorité de nos concitoyens, et donc d’assurer le bon fonctionnement de la démocratie. »

Selon les règles édictées par le Sénat, cette pétition bénéficie d’un délai de six mois pour recueillir au moins 100 000 signatures citoyennes. Si elle y parvient, la Conférence des présidents peut décider d’y donner suite par divers moyens : création d’une mission de contrôle, inscription à l’ordre du jour d’un texte législatif, débat en séance publique…

Dernièrement, la pétition Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça !, déposée par le collectif Un jour, un chasseur, a obtenu 122 424 signatures en moins de deux mois. Elle a conduit le Sénat à la création d’une mission de contrôle sur la sécurisation de la chasse.

Apolline Tyburczy du Parti animaliste, déplore : « Alors que cette pétition soumettait cinq mesures de pur bon sens pour sécuriser la chasse, aucune n’a été retenue par la mission de contrôle. Notre pétition ne doit pas connaître ce sort. Les attentes des citoyens sur le sujet sont claires et non négociables : cette pratique doit être définitivement interdite. »

Une autre pétition a récemment franchi le seuil des 100 000 signataires. Celle-ci demande l’interdiction du déterrage des blaireaux, une pratique également largement controversée, dont les citoyens attendent du Sénat l’abolition pure et simple.

La pétition pour l’interdiction de la chasse à courre est donc la troisième, en seulement quelques mois, à demander aux sénateurs de légiférer sur la question de la chasse.

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article