Narbonne : le voyage d’un trésor narbonnais, de sa restauration en Belgique à son exposition aux États-Unis


28 septembre 2021 - 553 vues

Elle n’avait pas été décrochée depuis 1916… Mercredi 22 septembre, la tapisserie
Renaissance qui ornait la salle du Trésor de la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de
Narbonne est partie pour un long voyage inédit ! Destination la Belgique pour être
restaurée, puis les États-Unis où cette oeuvre patrimoniale de Narbonne, Ville d’art et
d’histoire, sera exposée, notamment au Metropolitan Museum of Art de New York.
Trésor de soie, de laine et d’or, la Ville est fière de compter, parmi ses collections, cette
tapisserie flamande intitulée « La Création » et datant de 1490-1500. Elle fit son entrée dans la
cathédrale au XVIIe siècle, offerte par l’archevêque Fouquet. Le 17 juin 1901, elle intègre la liste
des objets classés « Monuments Historiques ». « C’est une chance pour Narbonne d’avoir une
tapisserie d’une qualité si exceptionnelle, parmi les plus belles que l’on puisse trouver en France et
au-delà. C’est aussi une chance pour nous de pouvoir travailler sur une oeuvre d’une telle splendeur »,
s’enthousiasme Pierre Maes De Wit, directeur de la manufacture royale de tapisseries De Wit,
installée à Malines, en Belgique, en charge de la restauration.
Mardi et mercredi derniers, la tapisserie a soigneusement été décrochée, enroulée, emballée
puis glissée dans une caisse de transport sécurisée avant de partir pour quelques mois en
restauration en Belgique (retrait de poussière, consolidation des laines...). Avec l’accord de la
Direction régionale des affaires culturelles (D.R.A.C.), une percée a été opérée dans le mur de la
salle du Trésor pour lui permettre de sortir, tant son volume est grand (7,85 mètres sur 4,20
mètres) et tant elle est fragile. La manipulation a mobilisé engins, restaurateur et architecte,
appuyés par les nombreuses autorisations nationales et locales afin notamment qu’un camiongrue
intervienne dans le jardin de l’Archevêché. Grâce à ces travaux de conservation, la tapisserie
va retrouver son éclat d’antan avec des couleurs beaucoup plus présentes.
Le voyage de la tapisserie ne s’arrête pas là : après cette restauration, la Ville prêtera l’oeuvre au
Metropolitan Museum of Art de New York où elle sera exposée, puis au Cleveland Museum of Art
et enfin, aux Fine Arts Museums of San Francisco. Un itinéraire international exceptionnel pour
cette oeuvre du patrimoine narbonnais. © Ville de Narbonne / Angélique Paitrault

« Narbonne, Ville d’art et d’histoire, possède plus de 45 000 oeuvres dans ses collections. Un
patrimoine riche, je dirais même monumental ! Nous sommes fiers d’en prêter régulièrement
aux plus prestigieux musées de France et de l’étranger. Et nous sommes également heureux
d’en accueillir, comme ce sera le cas de novembre à mars prochains, avec l’exposition « Arts
de l’Islam - Un passé pour un présent » organisée en partenariat avec le musée du Louvre. »
L’élu référent
Yves PENET
Adjoint au Maire délégué à la culture et au patrimoine

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article