Le Maire de Laroque-Timbaut (47) voit Jaune

21 novembre 2018 - 941 vues

L'exaspération des français moyens rejoint celle des maires ruraux, écrasés sous l'administration, les
normes toujours plus étouffantes, les transferts de charges, ... et la disparition progressive de leurs
compétences ! Pour les Gilets jaunes, cette France rurale et périphérique éloignée des zones de croissance, le déclassement est réel ! Depuis plusieurs décennies, ces Français subissent quotidiennement les conséquences du délitement des infrastructures économiques, sociales et politiques de notre pays : fermeture progressive des usines,
ghettoïsation du monde rural, désertification médicale, départ des services publics, fermeture des petits
commerces… et explosion des taxes ! Ils subissent aussi la disparition progressive du dernier maillon de
proximité républicaine, la commune, et leur remplacement par les EPCI, machin appelé Comcom, Agglo et
Métropole. Ceux qui prennent les décisions pour les communes n’y ont pas été élus, et sont parfois à plus de 30 km. C’est la fameuse mutualisation heureuse ! La forte hausse des dépenses publiques entraîne donc des hausses de taxes inévitables.  L’impasse de la construction intercommunale à marche forcée est le fruit d’une volonté politique récurrente d’affaiblissement de la commune par le fait de coupes drastiques dans les dotations et aggravée par l’application zélée de la Loi Notre pour retirer aux communes leur capacité d’action et concentrer les pouvoirs à Paris. Les communes sont vouées à disparaître ou à se regrouper sous forme de communes nouvelles, les français l’ont aussi compris, et tous ces ressentiments forts se cristallisent cette semaine autour de la question centrale du pouvoir d’achat. Le monde d’en haut ne parle plus au monde d’en bas. Les élites, rassemblées géographiquement dans des métropoles où il y a du travail et de l’argent, continuent de s’adresser à une classe moyenne et à une réalité
sociale qui n’existent plus.Par leur incapacité à réformer l’État, nos élites sèment eux-mêmes les ferments des futurs populismes, par une stratégie du pourrissement, par manque de discernement, de vérité et de responsabilité.
Ras-le-bol que des bien-pensants parisiens nous dictent la façon de vivre, où habiter, quoi acheter et
comment manger, où construire…
Ras-le-bol du toujours plus d’impôts pour toujours moins de services…
Ras-le-bol de serrer la ceinture de nos concitoyens et de découvrir un patron français frauder 35M€, un ministre planquer son argent à l’étranger …
Un monde nouveau ? Que voient les français ? Que rien n’a changé, sinon en pire !
Pire, les partenaires sociaux se désolidarisent de ce mouvement citoyen, parce qu’incontrôlable et non
récupérable. Usés par de trop nombreuses promesses non tenues, des renoncements récurrents de responsables politiques, de blocages d’une rue manipulée, par les groupes d’intérêts perfusés aux subsides publiques, les intérêts partisans et électoralistes, … de plus en plus de notre concitoyens ne voient plus dans la démocratie un modèle garantissant une juste place à chacun, la simple possibilité de vivre dignement de son travail !. Cette colère est un signal de détresse, l’expression d’un sentiment d’injustice profonde d’être dépossédé de son avenir. Je ne crois pas à la cécité de ce gouvernement. A regarder autour de moi, à écouter mes concitoyens, ce n’est pas un redressement mais une liquidation qui est engagée. Les français ont lu entre les lignes, et ceci ouvrira la porte du pouvoir à quelque chose de bien différent, loin de Copacabana, si les réformes nécessaires mais justes ne sont pas faites......

Lionel Falcoz
Maire de Laroque-Timbaut (47)  Crédit Foto /Mairie 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article