La ville d’Auch pleure la disparition de Jean Laborde


19 janvier 2022 - 1213 vues

Avec le décès de Jean Laborde, la ville d’Auch perd l’une de ses personnalités les plus marquantes et les plus attachantes. Député du Gers pendant 20 ans, président du conseil général pendant 6 ans (1976-1982), maire d’Auch pendant plus de 18 ans (1977-1995), il fut l’un des grands modernisateurs de notre ville.
A peine élu, il avait dû faire face aux inondations de 1977 et à leurs terribles conséquences, notamment sur le logement. Après ce drame, il a su immédiatement donner un nouvel élan à la ville en engageant un vaste plan de reconstruction. On lui doit la rectification des berges du Gers qui nous protège, depuis, du risque d’inondation. On lui doit la première grande rénovation du quartier du Garros, mais aussi la création du parc du Couloumé : un acte visionnaire à l’époque, et dont nous n’avons pas fini aujourd’hui de profiter des bienfaits.
Héros de la Résistance, il avait intégré le bataillon de l’Armagnac et avait été très grièvement blessé lors des combats d’Aire-sur-l’Adour, en 1944. Médecin généraliste, Jean Laborde était un grand humaniste, attentif aux autres, toujours à l’écoute. Sa hauteur de vue, sa rectitude et sa rigueur morale ont inspiré tous les maires qui lui ont succédé, de Claude Desbons à Christian Laprébende en passant par Claude Bétaille et Franck Montaugé.
« Je n’ai moi-même jamais rompu le contact avec lui, confie le maire, Christian Laprébende. Nos échanges portaient sur sa vision du monde, sur son expérience du passé, ou sur l’histoire de la Résistance dans le Gers, un sujet qui, pour des raisons personnelles, me tient beaucoup à coeur. Il y a quelques jours encore, à la faveur des voeux, nous avions échangé quelques mots par téléphone. Sa disparition me touche beaucoup. Sa présence discrète mais indéfectible nous manque déjà », dit-il.
Un registre de condoléances sera mis à la disposition du public dans le hall de l’Hôtel de Ville à compter du jeudi 20 janvier.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article