Elections Législatives GERS : François-Michel Lambert se retire


21 mai 2022 - 920 vues

100% député c’est respecter le mandat 

 

Député depuis juin 2012, écologiste convaincu, je me suis engagé sans compter pour la 10ème circonscription des Bouches-du Rhône, qui m’a élu deux fois. Une circonscription très diversifiée entre les collines de Marcel Pagnol, les anciens quartiers de l’Est de Marseille et le bassin minier et industriel de Provence.

Depuis 2019 je suis retourné vivre sur mes terres d’enfance, dans cette Lomagne gersoise, ma madeleine de Proust. J’y ai retrouvé les amis que l’on ne perd jamais. La politique ne m’a pas quitté et quand j’ai appris que la députée sortante ne se représentait pas, j’ai estimé légitime d’être candidat pour poursuivre ici dans le Gers, ce que j’avais entamé depuis 10 ans à l’Assemblée nationale. Cependant, depuis quelques semaines, des évènements personnels ont impacté ce choix et remis de l’ordre dans mes priorités. Je souhaite avant tout être davantage disponible pour celles et ceux qui me sont chers.J’ai donc décidé de retirer ma candidature, déjà bien engagée. Je remercie tous ceux qui m’ont fait confiance ces dernières semaines. Je pense aussi à ces militants qui ont bataillé à mes côtés en 2012 puis en 2017 pour me permettre d’être élu député. Je les estime énormément même si la vie politique peut nous avoir éloigné.

Aujourd’hui être député c’est une mission à temps plein, qui à mon sens ne peut se cumuler avec d’autres responsabilités majeures. C’est un engagement de 3 à 4 jours par semaine à Paris, des déplacements incessants parfois épuisants entre Paris et sa circonscription. Beaucoup d’investissements personnels sur le terrain notamment auprès des plus démunis, de ceux que notre monde trop artificiel excluent.

 

Préparer l’avenir pour nos enfants et petits-enfants, c’est être acteur de la transformation de notre modèle, cela nécessite d’affronter avec courage et lucidité les crises actuelles et à venir. Elles vont être nombreuses et d’une intensité jamais rencontrée. Personne ne peut se croire à l’abri. Tous nos efforts devraient y être consacrés. La France, pays unique de diversité culturelle, géographique, physique peut proposer demain un modèle moins prédateur des hommes et des ressources de la Nature, plus intégrateur et donc émancipateur. Un modèle qui tire l’Europe vers le haut et préconise la justice écologique autant que la justice sociale.

 

Je poursuivrai par d’autres moyens, mes engagements précurseurs :

L’économie circulaire dont je suis l’initiateur en France, dès 2013 j’en ai posé les fondements, dont tout le monde parle aujourd’hui mais où beaucoup reste à faire. C’est le modèle écolo-économique qui s’imposera par la force des réalités des limites de notre planète.

La logistique, référent politique, en 2015 je suis le premier à présider la commission nationale logistique rattachée au gouvernement. En 2016 j’ai remis une proposition de stratégie, «France Logistique 2025 » qui vient d’être rappelée comme un objectif par les experts. On ne peut repenser les modèles sans reprendre la main sur l’organisation des flux physiques par une approche de chaîne de valeurs, Supply Chain.

La pollution plastique, dès 2015 je faisais voter les premiers amendements d’interdiction de plastique à usage unique (vaisselle et gobelet plastiques jetables).  En 2019,  je présentais l’Agence Nationale du Plastique, reprise dans ma  proposition de loi en 2022, dont toutes les ONG attendent la concrétisation. D'ici 10 ans la Méditerranée peut s’effondrer sous le poids de la pollution plastique.

Le cannabis en 2019 je dépose une proposition de loi pour la légalisation contrôlée sous monopole d’Etat, modèle inspiré du Québec. Pour la première fois on débattra du cannabis récréatif à l’Assemblée nationale en mars 2021. Ce modèle est celui que propose aujourd’hui l’Allemagne, inéluctable à mon sens d’ici 2025 en France.

Les risques de mégafeux sur toute la France, dont j’ai souligné dans un rapport de janvier 2022 co-rédigé avec Alain Péréa député de l’Aude, le danger majeur qu’ils représentent et les changements structurels de notre aménagement du territoire qu’il faut mettre en place sans délai. D’ici 2030 1,5 millions de personnes vont se retrouver en zone de grands risques face aux mégafeux.

Je peux citer encore l’ISF écologique en 2019, avant qu’il ne soit repris par une partie de la gauche, une proposition de loi déposée en février 2020 de lutte contre les trafiquants de tabac avec la complicité des cigarettiers.

Premier parlementaire à rouler en véhicule 100% électrique, dès 2013 avec ma Renault Zoé je faisais Marseille-Bordeaux pour démontrer que l’avenir de la voiture est dans , la mobilité électrique je ne la pratique pas que dans les dossiers. 

J’ai été le premier parlementaire à proposer le versement à la source des prestations sociales dès 2020, dans la loi de finances.

En 2014 premier parlementaire à proposer l’abolition de la violence éducative ordinaire, ne plus avoir comme fondement d’éducation familiale l’humiliation et les fessées. En 2019 ce sera inscrit dans la loi. Un changement profond de notre pensée en matière d’éducation familiale.

 

Tant d’autres sujets encore m’ont mobilisé : le nucléaire, le Nutriscore, l’huile de palme, …

Je garde mon engagement pour Cuba, pour une coopération étroite entre nos deux pays si ressemblant.

 

Je veux finir en parlant des sans-papiers. Premier parlementaire à leurs côtés au printemps 2020 quand ils ont été les grands oubliés de la politique de protection face au Covid19, je fais le serment de poursuivre mon engagement pour eux, les damnés de notre société. Nous leur marchons dessus pourtant nous savons qu’ils font partie de notre avenir. Je ne peux que me remémorer Cavanna et les Ritals. 100 ans plus tard la France n’a toujours pas appris ce que peut-être la richesse d’une intégration et une volonté d’accueil de ceux qui ont tout quitté pour venir ici bâtir leur vie, préparer leur avenir avec le nôtre.

 

François-Michel Lambert

Député français

21 mai 2022

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article