Retour aux 90 km/h : ce qui vous attend dans votre département .


16 septembre 2019 - 524 vues

Ariège

Ce qui est prévu. Le Conseil départemental était contre l'abaissement à 80 km/h, mais Henri Nayrou ne veut pas prendre la responsabilité d'un retour à 90 km/h sans prendre l'avis des associations concernées… même s'il estime que plusieurs routes de l'Ariège pourraient être concernées.

Haute-Garonne

Ce qui est prévu. Favorable à un retour généralisé aux 90 km/h en juin, le Conseil départemental est plus prudent après la publication des modalités par l'Etat. Ce ne sera pas avant l'automne et seulement sur quelques axes prioritaires. «Des investigations lourdes sont préconisées (études de trafic, analyse de l'accidentologie, type de tracé, obstacles latéraux, intersections) pour chacune des sections de routes pour lesquelles il pourrait être envisagé une dérogation. Les modalités juridiques et techniques envisagées par l'Etat pour la mise en œuvre de cette mesure ne permettent actuellement malheureusement pas aux départements d'appliquer l'assouplissement de la limitation de vitesse sur les routes départementales dans des conditions sereines. Le Conseil départemental est donc dans l'attente pour se prononcer».

Accidentologie. Entre janvier et fin août 2018, il y a eu 36 tués sur les routes, contre 38 cette année.

Gers

Ce qui est prévu. «Le Département réfléchit sur le sujet, on va consulter certains organismes pour avoir leur avis, celui des acteurs économiques, des représentants, etc, affirme Philippe Dupouy, président de la commission des routes du conseil départemental. Rien n'est exclu, nous sommes en réflexion. Des modifications éventuelles ne se font pas du jour au lendemain, il faut une cohérence entre les départements.» Accidentologie. Entre janvier et le 12 septembre 2018, il y a eu 9 tués sur les routes, contre 15 cette année.

Lot-et-Garonne

Ce qui est prévu. Dans un premier temps, la présidente du Conseil départemental, Sophie Borderie, avait renvoyé la patate chaude à l'Etat, en rappelant que c'était à lui de faire un choix, comme il l'avait fait initialement avec la mise en place de la limitation à 80 km/h sur les routes départementales. Cette position a fait grincer des dents, notamment du côté du président de l'Association des maires ruraux de Lot-et-Garonne, Guy Clua, qui avait plaidé pour que le Département se positionne sur les routes départementales où elle réalise des travaux. Le Conseil départemental a finalement décidé de réaliser un diagnostic dont nous n'avons pas encore le rendu. Accidentologie. Depuis le début de l'année, il y a eu 14 tués sur les routes.

Tarn-et-Garonne

Ce qui est prévu. Concernant le retour à 90 km/h, le président du Conseil départemental Christian Astruc n'a pris aucune décision, bottant en touche lorsque la question lui a été posée.

Accidentologie. Entre janvier et août 2018, il y a eu 13 tués sur les routes, contre 16 cette année.

Hautes-Pyrénées

Ce qui est prévu. Fin juin, Michel Pélieu, président (PRG) du CD65, rappelait qu'il s'était «déjà exprimé publiquement en faveur du principe du retour à 90 km/h sur plusieurs itinéraires.» Il va procéder «à un état des lieux avec les services techniques» de la collectivité, et «en concertation avec ses collègues conseillers départementaux membres de la direction des routes et les conseils départementaux des départements voisins.» À titre indicatif, Michel Pélieu cite le retour «probable» à 90 km/h de la RD 935 au nord du département, de Tarbes à la limite du Gers ; de la RD817, l'axe est-ouest parallèle à l'A64, et de la RD929 d'Auch à Saint-Lary, sans exhaustivité.

Accidentologie. Entre janvier et août 2018, il y a eu 12 tués sur les routes, contre 6 cette année.

Tarn

Ce qui est prévu. Pour le Tarn, ce sont 600 km de routes départementales (sur les 4 150 km du réseau départemental) qui pourraient repasser à 90 km/h. Principalement des axes structurants comme la RD 612 entre Albi et Castres, ou la RD 999 Gaillac-Montauban. A noter que pour faire cela, il faudrait réimplanter 1 000 panneaux. Pour que cette mesure puisse entrer en action, le département doit effectuer des études d'accidentologie sur les axes concernés et présenter ces évolutions à la commission départementale de sécurité routière présidée par le Préfet du Tarn qui doit rendre un avis consultatif. Christophe Ramond, président du conseil départemental est très favorable au passage à 90 km/h sans baisser la garde sur la sécurité routière. Il attend maintenant le débat sur la Loi d'orientation des mobilités pour continuer d'avancer sur le sujet.

Accidentologie. Entre janvier et le 2 septembre 2018, il y a eu 22 tués sur les routes, contre 24 cette année.

@source Info / La DM

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article